ancienne actrice porno ovidie

Ovidie – l’actrice porno qui fait la différence

[Culture Q] Je ne savais pas trop sur quoi écrire pour commencer la semaine. Ca doit être le froid, il ramolli mon cerveau, comme il fait disparaître les couilles de ses messieurs. Anyway, j’avais envie d’écrire sur le cinéma porno, le hic, c’est que je ne savais pas où aller. (C’est pas comme si j’avais une culture de ouf dans ce domaine!) Et puis, je me suis dit que j’allais piocher dans mes faibles connaissances sur le sujet et vous parler d’Ovidie. Ovidie, actrice originaire du nord de la France, c’est la seule qui m’a fait comprendre qu’être actrice prono c’est pas forcément être là pour écarter les cuisses et se prendre des giclettes de sperme en travers du visage. J’étais encore mineure je crois quand je l’ai vue rapidement à la télé. Son discours était différent. Déjà, elle n’était pas à poil ni à 4 pattes quand je l’ai vue. C’est grâce à elle que je me suis dit que le cinéma X n’était pas nécessairement dégradant, pervers ou dégueulasse. Donc il est temps de vous présenter plus en détail l’actrice, réalisatrice, journaliste Ovidie.

Le parcours de hardeuse d’Ovidie

J’ai appris qu’Ovidie et moi, on n’était pas si différente. Elle est née peu de temps avant moi, dans la même région que moi. Ca vous fait une belle jambe, n’est-ce pas?! En vrai et pour que ça vous parle, elle est née en 1980 à Lille. Avant de se lancer dans le porno, elle a fait des études de philo et en prime elle avait / elle a encore une tendance à l’anarchisme. Anyway! Au départ, pour Eloïse (le prénom d’Ovidie) le porno, elle voit ça comme quelque chose de négatif. Puis son idée se développe et elle voit ça comme un levier pour faire passer certaines idées qui dénotent la chronique. J’en parle après.
Son premier film porno, elle le tourne chez Marc Dorcel, en 1999 (La fête à Gigi par Alain Payet, sorti en 2001 en DVD). Rapidement, elle devient très prisée et star française du cinéma pornographique. Elle se différencie des autres actrices de l’époque par son look qui est gothique. La différence est aussi intellectuelle puisque l’actrice n’hésite pas à prendre position. Rapidement, tout en restant actrice, elle passe de l’autre côté de la caméra pour réaliser des films X. C’est de cette manière qu’elle va tourner pour Marc Dorcel mais aussi pour Canal +. Elle permettra aussi à la chaine d’apporter un coup de nouveauté aux films criptés du samedi soir. Elle arrête de tourner dans des films hard assez rapidement et si elle apparait ensuite, c’est habillée. En revanche, la réalisation ne s’arrête pas, bien au contraire.

ovidie ancienne actrice porno


Les origines du film porno 


Ovidie, vraiment plus qu’un sac à foutre

Oulala, je sais que ce n’est pas gentil de comparer les actrices porno avec des sacs à foutre, mais je n’estime pas des masses les films X contemporains et le rôle que jouent les filles dedans. Ouais, la face pleine de foutre, c’est euh… Pas ma réalité!! Et je trouve qu’avec l’avènement du porno sur le web, c’est pire encore. Anyway, je m’emporte un peu, même si au final, je ne suis pas si loin du sujet de cet article; Comme je le disais précédemment, Ovidie voit dans le porno, une manière de changer les choses et l’image de la femme dans le monde du sexe. Elle est considérée comme « l’intello du X » il y a quelques années, parce qu’elle avait fait un DEUG de philo (pour les plus jeunes, un DEUG, c’est un bac +2). Elle a d’ailleurs continué ses études.
Ce que je retiens d’Ovidie, c’est qu’elle a beau bosser dans le sexe, elle cherche à faire changer les habitudes un peu trop ancrées dans ce milieu. Son crédo c’est le féminisme. Bizarrement, Ovidie ne me fait pas penser aux Chiennes de Garde, un peu trop vindicatives à mon goût. Non, l’actrice / réalisatrice fait preuve de plus de finesse pour faire passer son message. (Et ouais, même en parlant de porno, on n’est pas obligé d’être une brute qui défonce tout à coup de gourdin!). Ovidie va donc tourner de nombreux films qui sont certes pornographiques mais qui positionnent la femme d’une autre manière. Elle fera en sorte de refuser ce qui est dégradant dans les films de cul – et en 2019, y’a encore du boulot! Elle montrera également les inégalités, la discrimination et la stigmatisation qui incombent aux femmes qui bossent dans le sexe. En 2018 par exemple, elle a fait parler d’elle dans les médias grâce à son documentaire sur le statut précaire des putes en Suède: Là où les putains n’existent pas. En fait, pour faire simple, Ovidie se sert des images pour faire passer ses messages.

ovidie cine film x documentaire

Les messages d’Ovidie

Pour préparer cet article, j’en ai lu plusieurs qui expliquaient à peu près tous la même chose à propos du documentaire sur la Suède. Et je suis allée sur Youtube – tu me diras, ça changes de Youporn, Jaquie et Michel et tout ça! J’ai regardé son échange avec une journaliste de Télérama, à propos du documentaire mais pas que. J’ai aussi regardé une vieille émission de Ardisson de 2001 où Ovidie était présente pour faire la promo d’un film dans lequel elle a tourné et d’un autre qu’elle avait réalisé. Anyway! Cette séance de visionnage m’a permis de mieux comprendre quels étaient les chevaux de bataille de l’actrice – réalisatrice – journaliste.
Au départ, Ovidie a d’abord refusé les conditions des femmes sur les plateaux de films X. Elle a mis un point d’honneur sur la capote – quant tu es né dans les années 80, tu fais partie de la génération sida (celle qui en a peur à juste titre!). Mais elle a aussi mis en avant la violence qui était présente sur certains tournages, la précarité des salaires. Elle m’a fait rire quand elle a dit qu’avoir une bite de 25 cm dans le bas ventre à 4h du matin, quand on est enrhumée et avoir à faire semblant d’aimer ça, ce n’était pas facile! (Je ne mets pas de guillemets, mais les propos sont à un poil de cul ceux qu’elle a dit). Elle a aussi refusé certaines pratiques qu’elle considérait comme dégradantes, comme la sodomie par un acteur ou l’éjaculation faciale. (A quoi bon mettre une capote, si tu te prends du sperme dans l’oeil?!)
Avec le temps, les messages d’Ovidie ont un peu changé. Elle reste dans le milieu du sexe, mais comme c’est un milieu qui est vaste, elle a matière à faire des documentaires et à nous poser les bonnes questions. Dans l’interview du Télérama, elle revient sur l’idée de consentement avec le mouvement #Metoo et explique que grâce à ce mouvement, on a enfin pu parler de consentement à grande échelle, que même les anonymes ont pu en parler. Elle dit aussi qu’après c’est devenu n’importe quoi avec les médias qui ont fait preuve de grande violence. Je vous assure que j’ai suivi cette affaire depuis l’étranger, le message initial avait été vite perdu en France. Anyway! Le consentement quand on travaille dans le sexe devrait être le même que pour les personnes qui ne travaillent pas dans ce milieu. Et pourtant… Il y a encore pas mal de travail à faire à ce propos!
Ce qui me plait dans le travail d’Ovidie, c’est que c’est très pédagogique. Non, elle ne t’apprend pas à faire une bonne pipe. Elle met le doigt là où ça fait mal et décortique tout en donnant du sens le pourquoi ça ne va pas. Et oui, c’est en donnant du sens que les choses avancent. Dans ses projets, elle souhaite se rapprocher du milieu scolaire, où l’éducation sexuelle c’est un bon gros n’importe quoi. Elle a aussi en préparation un documentaire sur les violences obstétricales (et ouais pour de nombreuses femmes, donner la vie, n’est pas le plus beau jour de leur existence).

ovidie dessous du x


The Deuce – la série qui revient sur la création du porno aux Etats Unis 


Les victoires d’Ovidie dans le milieu du X

Comme elle n’est pas juste une pimbêche aux nibards gonflés au silicone, Ovidie a à son actif différentes victoires. Elle a certes été récompensée par les Hot D’Or, ce n’est pas tout à fait cela que je souhaitais mettre en avant. Par exemple, Ovidie a exigé dès le tournage de son deuxième film que ses partenaires portent un préservatif. Et ça c’est énorme! Même si on nous rabâche depuis les années 90 le refrain: « sortez couvert, baisez avec des capotes », dans l’univers porno, les protections ne sont pas systématiques, bien au contraire (même en 2019). Exiger de cette manière le port du préservatif lui a fermé des portes dans des pays où l’on tourne sans capote, mais cela s’inscrit dans une démarche visant à faire changer les choses.
Outre cette histoire de protection essentielle, la grande différence d’Ovidie, c’est qu’elle a réussit à faire entendre sa voix malgré toute la stigmatisation inhérente à ses quelques années de pornstar. Bah ouais, si ton gosse te ramène une star du X comme petite amie, tu ne vas pas apprécier la chose. C’est ça, la stigmatisation. Tu te doutes bien que vivre « normalement » quand sur ton CV il y a quelques années de films porno, ce n’est pas évident! Ovidie, elle, elle en a fait une force. Une manière de s’imposer. Elle connait le milieu du sexe, elle y a travailler, même si elle avoue sans difficultés ne pas tout connaitre. Elle n’a pas honte d’avoir fait des films de cul il y a près de 20 ans maintenant. En revanche, elle tente de faire comprendre au reste du monde qu’il ne faut pas slutshamé les travailleurs du sexe entre autres.

newsletter Les ZIeux dans la chatte

Source de l’image à la une

Laisser un commentaire