naissance du film de cul

Les origines du film porno

[Culture Q] Parfois vous vous levez le matin, non pas avec une trique matinale, mais avec une question à la con et vous ne savez pas pourquoi vous vous la posez. Ce n’est pas ce qui m’est arrivé ce matin, mais je me pose fréquemment des questions de merde. Comme l’idée du webzine Les Zieux dans la Chatte c’est de partager avec vous, tout sauf les MST. Je me suis dit que j’allais partager régulièrement les questions qui envahissent mon esprit. Aujourd’hui, je me demandais quelles étaient les origines du film porno.

Début du film et de la censure

Le premier film – un vrai pas un porno – si tu ne le sais pas est français et date de 1895 (en décembre, parce que toutes les bonnes choses commencent en décembre!). Les frères Lumière ont inventé le cinématographe, avant ça, il y avait une machine appelée Lanterne Magique – rien à voir avec Aladin et le Génie. Anyway, quand j’étais à la fac, j’ai appris que le premier film des frères Lumière était L’Arrivée d’un train en gare de La Ciotat. Quelques mois avant, ils avaient aussi filmé des ouvriers sortants de l’usine. On est donc loin des gros blockbusters de notre époque et des films de cul dispo sur le web. A cette époque, les films étaient muets et en noir et blanc. (Ce qui ne veut pas dire que le monde au XIXème siècle était en noir et blanc, hein!) (Je précise parce que j’ai une copine qui s’est déjà posée la question).
Entre cette époque et les années 50, ce fut la période comme dans un couple, où on apprend à se connaitre, on fait des erreurs et on teste un peu les limites de l’autre. C’est comme ça qu’est née la censure au cinéma. Ils ont testé, ils se sont fait rappeler à l’ordre et on a découvert que certaines choses ne devaient pas être montrées sur grand écran. C’est de cette manière que le premier baiser au cinéma a fait polémique. C’était dans le film The Kiss en 1896. Le baiser était considéré comme une « obscénité » et un journaliste a fait appel aux flics pour régler le problème.
Au début du XXème, c’est l’apparition de la censure d’abord aux States (en 1907) puis en France et en Angleterre (en 1909). Deux réponses sont faites par rapport à ce rappel de bonne morale. La première, c’est la création de films clandestins. On peut tout y montrer mais ils ne sont pas légaux. La seconde, c’est de prendre la censure pour une conne et de suggérer les choses. Pour revenir en 2018, c’est un peu comme dans les films, tu vois les deux personnages au lit, les cheveux en bataille, mais elle porte un soutif, parce que montrer une paire de roploplo dans un film américain, c’est encore difficile. Anyway! Dis toi qu’en 1946, retirer un gant était de l’ordre du scandale dans le film Gilda. On doit beaucoup au sénateur américain Hays qui a tenu à mettre en place toute une série de règles pour conserver les bonnes moeurs à l’écran. Le pauvre, il doit se retourner dans sa tombe depuis avec l’arrivée du porno sur nos téléphones portables.

via GIPHY

Le code Hays et la sexualité

Avant de préparer cet article, je savais qu’un code existait aux Etats-Unis, mais je n’en savais pas beaucoup plus. Ce code de bonne morale qui date des années 30 ne traite pas que du sexe au cinéma. Il est question de tout ce qui peu porter atteinte à la morale. Mais bon, ici, ce qui nous intéresse, c’est quand même le cul. Alors, il raconte quoi le code de censure de Monsieur Hays?
La famille, le mariage, c’est bien. L’adultère, c’est pas bien. Donc on ne doit pas le présenter s’il ne fait pas sens dans l’histoire et surtout faut pas rendre les relations extra-conjugales attrayantes. La séduction et le viol sont visiblement mis sur le même plan. (Ça pique!) On ne les montre pas, on les suggère. Mais on ne va pas en rire. Et si on peut s’en passer, autant le faire. La passion – amoureuse, pas celle du Christ – c’est pareil, si on peut s’en passer, on s’en passe. On interdit le roulage de pelles qui dure des plombes, les mains restent gentiment dans une position honnête, soit pas dans le slip. La chambre à coucher est elle aussi soumise au code, on se doute bien qu’une chambre à la Christian Grey ne serait jamais passée à cette époque – du moins pas légalement. Les homos, les putes, la naissance d’un enfant sont tout bonnement interdits. La nudité est interdite, tu te doutes bien. Mais ils ont poussé le vice aux tenues qui pouvaient être indécentes. Les rapprochements intimes entre les personnes de couleurs différentes étaient impensables et il fallait ruser. Et c’est comme ça que Betty Boop est devenue une fille rangée, bien habillée et tout ça. N’est-ce pas triste?

via GIPHY

Naissance du film érotique

Avant de parler du porno, avec des bites, des chattes et des culs qui s’emboitent. Il y a eu le film érotique. Après la seconde guerre mondiale, dans les années 50, on se détend. Enfin, les réalisateurs se permettent plus de choses, même si on essaye de durcir la censure. En France, avec Brigitte Bardot, sort le film Et Dieu… Créa la femme. Un jour je reviendrai probablement sur les sex-symboles, dont BB fait partie (quand elle était jeune). L’idée dans ce film c’est quand même une actrice archi-bonnasse pleine de sensualité. Chez les américains, il y a Kubrick qui joue avec l’homosexualité de ses personnages dans Spartacus, par exemple. Mais bon, on est toujours dans le porno soft et l’érotisme. Avant de passer sur le Hard, le chemin est encore long. Pour terminer sur les films érotiques, son apogée se situe entre 1969 « Année érotique » et 1980. On connait tous le film mythique Emmanuelle sorti dans les salles de ciné en 1974. (Et c’est grâce à ce film que l’une de mes amies s’appelle Emmanuelle!) Il a quand même fait 45 millions d’entrées dans le monde. Et comme à cette époque Giscard avait promis d’abolir la censure, les coupes qui devaient être faites dans le film Emmanuelle n’ont pas eu lieu. A cette époque, le film avait été interdit au moins de 16 ans. Je serai curieuse de savoir maintenant comment il serait classé s’il devait sortir au ciné!

via GIPHY

Naissance du film porno hard

En écrivant ce titre, je me suis demandée depuis quand je n’avais pas dit « hard » en parlant de porno… Mais on s’en ballek! Les bons gros films de cul dont les scènes ne sont pas simulées arrivent en 1969. On peut cité par exemple Gorge Profonde en 1972 qui sera en version classique en France mais diffusée en version soft aux Etats-Unis, son pays d’origine. En France, on aura José Benazeraf pour la réalisation de films porno hard. Dans les années 80, le porno quitte les salles de ciné et s’installe confortablement dans votre télévision. On a tous le souvenir de Canal + en crypté, à minuit.
On avait aussi des stars de porno, comme Dominique Saint Claire (ça me fait penser à Anne Saint Claire… moins porn d’un coup!) et Marilyn Jess dans les années 80. Dans les 90’s, c’est plus des noms qui me parlent avec Tabatha Cash, Julia Channel et Laure Saintclair et évidemment Rocco Siffredi. Bref, à l’époque où j’ai eu mon premier dessin animé Disney en cassette, d’autres collectionnaient les VHS porno.

Voilà donc comment est né le porno! Je me doute, du moins j’espère que la prochaine fois que tu te mettras sur YouPorn, tu ne penseras pas à moi, ni à cet article. Mais le jour où il y a un blanc dans un repas d’affaires au boulot, tu peux toujours sortir – non pas ta bite – mais tes connaissances sur les films X apprises ici!

via GIPHY

newsletter Les ZIeux dans la chatte

Source de l’image à la une 

2 Comments

Laisser un commentaire