F.A.Cul

Elle était facile celle-ci! Passons! Bienvenue dans la F.A.Cul du site Les Zieux dans la Chatte. Nous allons essayer de répondre à toutes vos questions, même celles que vous ne vous posez pas.

Qui se cache derrière Les Zieux dans la Chatte?

Nous sommes deux, nous sommes en couple depuis Mathusalem. Il y a Jaime Hurley (moi) qui écrit la plupart du temps, parce que c’est mon boulot d’écrire sur le web depuis plusieurs années. Et il y a Fado Maso, mon conjoint, qui pour une fois me suit dans mes délires sur le web. Dans la vraie vie, il me suit plus facilement dans mes trips. Nous avons la trentaine passée, nous sommes originaires du Nord de la France, mais nous n’y vivons plus. Nous utilisons des pseudos parce que ça nous fait rire. Ils sont fait à partir de nos initiales.

Pourquoi avoir créer un site qui parle de cul?

J’avais besoin de nouveaux défis dans ma vie… J’aime me lancer des défis de merde qui généralement aboutissent sur de belles aventures. C’est comme ça que j’ai créé mon premier blog, il y a plus de 10 ans. C’est comme ça qu’on s’est pacsé. C’est comme ça qu’on a tout quitté pour aller vivre au soleil. Le choix du sujet: le cul, le sexe et autres thématiques liées, ça s’est imposé à moi une nuit d’insomnie. Il faut savoir que je ne fais jamais d’insomnie et j’ai la chance de pouvoir m’endormir n’importe où. Anyway! J’aime bien l’idée de parler d’un sujet sur lequel je ne connais au final pas grand chose et qui en plus intéresse les gens globalement. Parce qu’on ne va pas se mentir, le sexe c’est intéressant!
Au départ, je pensais créer un site de cul, un vrai, un bon gros site porno… Et puis, j’ai eu la flemme.

Tu souhaites nous contacter?

Si tu veux qu’on traite d’un sujet particulier, si tu veux qu’on parle du contenu du site, c’est avec Jaime qu’il faut causer. Si tu veux parler de partenariats, de tes produits, à ce moment là, c’est avec Fado qu’il faut voir. Comme on vit ensemble, on n’a pas trop de soucis pour communiquer. Si tu veux nous dire qu’on fait du caca et que tu n’aimes pas ce que l’on fait, ce n’est pas la peine de nous le dire. On sait et on vit bien le fait de ne pas plaire à tout le monde.

Tu t’inquiètes pour tes données personnelles?

Tu es peut-être le seul ici à te biler à ce propos… Dans tous les cas, si tu nous laisses des infos comme ton adresse mail (dans un commentaire ou pour recevoir la newsletter), on ne les vendra pas à des méchantes entreprises qui te veulent du mal. On est anarchistes, on ne va pas cautionner les pratiques douteuses de certaines boites et encore moins en faire de même. Pour les cookies, pas les gâteaux mais les codes du site, tu peux vider le cache de ton ordi et mettre un bloqueur de publicités, le jour où on aura de la pub. Globalement, ce qui m’intéresse avec ces cookies, c’est d’avoir les stats du magazine. Après, je reste littéraire, je ne suis pas sûre de savoir les lire comme il faut!

Tu rêves de nous rencontrer?

Cool! Je m’imagine bien signer des autographes! Pour cela, il te faut un passeport et un billet d’avion vers l’Asie. Si tu viens d’Europe, tu peux nous ramener du fromage, du vin et du saucisson. C’est gentil!

Est-ce que écrire sur le sexe nous permet de baiser plus souvent? Etes-vous des obsédés?

Questions légitimes… On n’avait pas de problème à ce niveau là avant de se mettre à écrire. Sur le fait qu’on soit des obsédés ou pas, je ne pense pas. Du moins pour moi. Je suis une femme de 35 ans, je me dis que ça ne peut pas faire de mal d’en savoir un peu plus sur le sexe, le corps humain et les gens qui sont différents de moi. Je ne pense pas que cela fasse de moi une obsédée.

Tu trouves qu’on a eu des propos déplacés?

Si c’est le cas, je t’invite à prendre dans un premier temps, une grande inspiration, voire deux ou trois. La relaxation, ça ne fait jamais de mal. Ensuite, il faut savoir que ça arrive. On est humains, on n’est pas parfaits – presque mais pas tout à fait. Avant de me lancer dans cette aventure, je me suis demandée où se trouvait mes limites. Il y a peu de sujets que je ne conçois pas de traiter avec humour. Et l’idée justement était de repousser mes limites. Si tu as l’impression que je manque de respect à une communauté, on peut en parler. Mais il faut faire la part des choses, je suis responsable de ce que j’écris, pas de ce que tu lis. Et il y a toujours la solution de ne pas revenir sur ce site si notre contenu te dérange.

Si tu as d’autres questions, n’hésites pas à nous contacter. La seule chose qu’on te demande, c’est d’être gentil et poli dans ton message.