comment faire harceleur facebook instagram

Comment se débarrasser d’un stalker sur le web?

[Question de lecteurs] Ce matin, j’étais en train de discuter tranquillement avec une copine sur Instagram – on se moquait gentiment de son homme qui était jaloux et puis ça a dérivé sur le gars qui la harcèle sous ses photos. Paupiette (c’est le nom de ma copine!), tu ne m’en veux pas, mais pour le bien de l’article, je mets en ligne une partie de notre conversation.
Paupiette: Ouais bon après ça n’a pas l’air d’avoir calmé l’autre cinglé. (Smiley flippé) J’te jure, il fait flippé.
Moi: Tu as un stalker?
Paupiette: Un gars avec qui j’étais au collège et qui fait une fixette gênante ouais.
Donc voilà, le sujet de mon article du jour est tout trouvé! Comment se débarrasser d’un pot de colle sur le web?

Etape number une: Identifier le stalker

La première chose à faire c’est de savoir qui est la personne qui vous voue un culte hors du commun et qui vous épie sur le web. Sur Instagram, je suis deux nanas qui ont ce problème. Il y a ma copine Paupiette qui est emmerdée par un gars qu’elle connait depuis des lustres. Il y a une autre nana qui elle est stalkée par une femme qu’elle connait, mais dont elle n’est pas si proche. On peut donc dire que le harceleur n’a pas forcément de sexe bien défini, mais c’est souvent quelqu’un qu’on connait. On n’est pas des stars hein! On a rarement des fans qui nous collent l’arrière train alors qu’on ne les connait pas.
Le stalker est insidieux de biens des manières. Avant de vous rendre compte qu’on vous épie, il y aura probablement plusieurs mois qui se seront écoulés. Vous verrez ses likes, parfois quelques commentaires. C’est justement le contenu du commentaire qui met la puce à l’oreille. Au départ de notre conversation avec Paupiette, il était question plus ou moins du commentaire de son harceleur. Il disait qu’elle était jolie. En soi, rien de bien méchant. Mais s’il envoie ce type de commentaire tout le temps, c’est un peu relou.
Enfin bref, normalement, de votre stalker vous devez savoir un minimum de choses: Son nom et son prénom (ou du moins son pseudo), où vous vous êtes rencontré, sur quels réseaux sociaux il vous matte sans retenue.

via GIPHY

Etape number deux: Vérifier à quelles infos le harceleur à accès

Et justement, pour la deuxième étape de votre plan anti-stalker, les réseaux sociaux sont au centre de nos préoccupations. Vous publiez quoi dessus? Qui y a accès? Est-ce qu’il y a des éléments qui peuvent lui permettre d’en savoir plus sur vous? Dans le genre: où vous habitez, où vous bossez, l’école où vont vos enfants, la maison de retraite où vous passez tous vos dimanches… Est-ce que vous bossez sur le web et que votre numéro de téléphone est accessible? Généralement, ce type d’infos, c’est pas que votre stalker sans fiche, mais il va collectionner la moindre info qu’il peut glaner à votre propos. C’est un peu comme quand on était ado et qu’on était fan des Worlds Appart ou des Backstreet Boys, dans notre chambre on avait des posters des chanteurs, mais on savait aussi quand ils étaient nés, dans quelle ville ils habitaient, et tout ça, et tout ça.
L’idée pour vous est d’avoir une vue d’ensemble sur votre présence numérique. Les entreprises vérifient souvent ce qui ressort sur le web à propos de leur présence. Mais les particuliers ne le font pas et c’est bien dommage. Il est important d’avoir conscience de ce que l’on publie sur Internet, parce qu’on n’est jamais à l’abris de personnes ou d’entreprises mal intentionnées. Comment on fait?
Pour chaque réseau social, regardez ce que vous avez publié. Sur Facebook, est-ce que vos publications sont privées et visibles uniquement par vos amis ou sont-elles publiques? Sur Instagram, votre compte est-il en public ou en privé? Sur Snapachat, je suis désolée, je n’ai jamais vraiment utilisé ce réseau social, donc je ne sais pas comment ça marche. (Et je ne ferai pas la recherche pour vous, pour le coup). Enfin bref, l’idée est de savoir qui peut voir quoi de votre vie et savoir ce que votre harceleur n°1 sait sur vous. En même temps, à cette étape, je ne saurais que trop vous conseiller de passer toutes vos anciennes publications sur Facebook en privé. (Sur le côté de la publication, vous avez un petit dessin. Si c’est la terre, c’est que c’est public. Si c’est des silhouettes de personnes, c’est que seuls vos amis peuvent voir vos publications). Sur Facebook, il y a des chances pour que vous y soyez depuis des lustres, donc même les infos de votre bio doivent être passées en privé. Il me semble aussi que les photos de profil et de couverture peuvent être cachées. Si votre stalker est dans vos amis, il y aura encore accès, mais on y revient dans l’étape 4.


Question de lecteurs – Flirt sur les réseaux sociaux: Quand s’inquiéter? 


Etape number trois: Dites non à votre harceleur

Avant l’étape 4, justement, on va appliquer la n°3, qui consiste à se comporter comme un humain. Au départ, j’avais mis en titre « Raisonner votre harceleur » mais non, ça ne marche pas comme ça. A mon sens, il est primordial de mettre des mots sur vos maux. Et en l’occurrence, ici, il est primordial de dire NON à votre harceleur. Un truc clair, précis, où il n’y a aucune ambiguïté. C’est con, mais il ne se rend peut-être pas compte que ce qu’il fait est mal. C’est donc à vous de lui dire. Ne mettez pas les petits plats dans les grands. Le message doit être simple, clair et sans équivoque: « J’ai remarqué que tu me harcelais. Ca ne me plait pas. Je veux que tu me laisses tranquille. » Il y a peu de chances qu’il vous écoute, mais au moins vous aurez affirmé votre désaccord face à son intrusion dans votre vie. Peu importe ce qu’il vous répond, n’y répondait pas. (On va éviter de remettre 10 balles dans la machine, hein!) et gardez bien précieusement ce message – même si vous le bloquez sur les réseaux sociaux.

via GIPHY

Etape number quatre: Le bloquer de tous les réseaux sociaux

On arrive à l’étape 4 du process anti-stalker: bloquer la personne qui vous harcèle. Que ce soit sur Facebook ou sur Instagram, il est possible de bloquer des profils. C’est simple et rapide à faire. Sur Facebook, votre harceleur aura l’impression que vous avez supprimé votre compte. Vous n’aurez plus accès au sien non plus. Cette étape est efficace que partiellement, pour être tranquille, il est nécessaire de rendre privé tout votre compte, comme je l’ai dit plus haut. Parce que même si vous avez montré votre désaccord, même si vous bloquez votre compte, on n’est jamais à l’abri de l’étape 5.


Question de lecteurs – Faut-il être moche pour bien sucer? 


Etape number cinq: Vérifier les faux comptes

Et l’étape 5, c’est la création d’un faux compte ou d’un nouveau compte de la part de votre stalker pour continuer à vous épier. Je vous parlais en début d’article d’une nana que je suis sur Instagram est qui est épiée par une autre. Elle a fait tout ce que je viens d’écrire et sa stalkeuse a donc créé un nouveau compte, pour pouvoir assouvir sa soif de savoir et de connaissances mal placés. Il est aussi facile de se créer un second compte Instagram que de changer de culotte! Sur Facebook, si tout votre compte est en privé et que vous n’acceptez pas le nouveau compte en ami, il n’aura pas accès à vos publications. Sur Instagram, à moins de passer votre compte en privé, tout le monde peut s’abonner à vos publications. J’aime bien la nana qui je suis sur Instagram parce qu’elle se fout de la gueule de la stalkeuse, sans aucune gêne. Elle lui laisse des messages dans le genre: « Je sais que tu regardes ma vie et maintenant toutes mes abonnées le savent aussi! ». Elle ne donne pas le nom de sa stalkeuse, mais elle se fout pas mal de sa tronche. Je ne suis pas sûre que ce soit archi-efficace, mais au moins, c’est une manière pour la personne harcelée, de reprendre une sorte de pouvoir et montrer qu’elle n’a pas peur.

via GIPHY

Etape number six: Ne pas rester seul(e) face au stalker

Sur les réseaux sociaux, vous pouvez signalez les comptes. Mais bon… Ce n’est pas comme si la police facebookienne était vraiment efficace et n’oublions pas que Instagram a été racheté par Facebook. Donc vous pouvez toujours signaler le ou les comptes de votre harceleur, ça ne mange pas de pain. Mais ça ne le fera probablement pas disparaitre.
Parlez-en aussi autour de vous. Mine de rien être harcelé(e), n’est pas anodin. Ce n’est pas une relation que l’on voit tous les jours et cela peut vite peser. Parlez-en à vos parents, à la personne qui partage votre vie, à vos potes. Si votre stalker est un collègue de travail, il est impératif d’en parler à votre direction. Ce n’est pas normal d’être harcelé(e) et votre direction devra prendre des mesures pour vous protéger et pour que ce comportement malsain cesse.
Portez plainte. Cela vous semble excessif? Alerter les autorités vous permet de vous protéger. Je ne suis pas convaincue non plus par les flics et leur boulot, vu qu’à chaque fois que j’y suis passée, ce fut un flop. (Pas pour des raisons de harcèlement!) Mais légalement, vous devez vous protéger en portant plainte. Vous avez d’ailleurs quelques infos sur le site Service Public. Si le harcèlement persiste, continuez à porter plainte. Au bout d’un moment, les flics devraient faire quelque chose. En revanche, il faudra prendre votre mal en patience. On n’est pas dans une série télé américaine, en 10 minutes vous n’aurez pas un ordre de restriction.

Voilà, j’espère que cet article pratique vous aura aidé. Surtout n’entrez pas dans le jeu de votre harceleur et prenez garde à ce que vous publiez sur le web. Si d’autres infos à votre propos apparaissent sur Google, vous pouvez aussi faire valoir votre droit à l’oubli, Google est dans l’obligation d’effacer tout ce que vous lui demandez si cela vous concerne directement.

newsletter Les ZIeux dans la chatte

Source de l’image à la une 

Laisser un commentaire